Facturation électronique : CodaBox a envoyé ses premières factures sur le réseau Open PEPPOL

Le standard européen Open PEPPOL (Pan European Public Procurement Online) vise à faciliter l’échange de factures électroniques et autres documents professionnels entre les entreprises et les organismes publics au sein de l’Union européenne. Suite aux recommandations de l’Etat belge et du gouvernement flamand, CodaBox a envoyé sa première facture sur le réseau Open PEPPOL. Une réelle avancée en matière de facturation électronique pour l’ensemble des marchés.

La dématérialisation des factures est en marche : travailler sans papier accélère le processus de facturation et paiement. Il en découle un impact positif important sur l’économie, le commerce et le PIB. Les autorités et les entreprises qui adoptent ces factures électroniques améliorent de ce fait les flux de trésorerie ainsi que leurs relations entre fournisseurs et acheteurs. Et tout ça, les autorités belges l’ont bien compris.

Facture électronique obligatoire pour 2017

Le gouvernement flamand a d’ailleurs fait savoir qu’il ne souhaiterait plus recevoir autre chose que des factures électroniques de ses fournisseurs à partir de 2017. Rapidité de traitement, moins de risque d’erreur, simplification… Les avantages sont nombreux. Les entités du gouvernement flamand sont aujourd’hui raccordées à la plateforme Open PEPPOL et les premiers acteurs du marché commencent à l’adopter. C’est le cas de CodaBox : nous avons envoyé avec succès notre première facture sur le réseau Open PEPPOL.

La Belgique encourage déjà la facturation électronique depuis quelques années. Mais jusqu’à présent, cette manière de facturer n’intéressait que les grandes entreprises. Pour les autorités belges, rendre la facturation électronique obligatoire inciterait les PME à recourir davantage à la facturation électronique. Des efforts animés par le besoin crucial d’augmenter l’efficacité, de réduire les coûts, de diminuer la fraude et d’assurer le respect de la TVA.